en

CLAUDIE GAGNON
Résidence de production
Chroniques des ordres imaginaires

Où? Espace Séquence et Espace Virtuel
Quand? 14 février au 14 septembre
Artiste(s) Claudie Gagnon

Mise en contexte de la coproduction avec l’artiste Claudie Gagnon

Depuis son passage au printemps 2018 à l’Espace Séquence avec l’exposition La chambre des demi-jours, l’équipe du centre Bang poursuit sa relation artistique avec Claudie Gagnon pour soutenir chacune des étapes de réalisation d’un nouveau projet.

Au cours de l’année 2020, l’équipe et l’artiste travaillent à mettre en place les conditions idéales pour tenir des laboratoires de création dans le cadre d’une coproduction titrée Chroniques des ordres imaginaires. S’articule autour de ce projet une équipe de collaborateurs chevronnés constituée de François Harvey au son, Bruno Paradis au jeu et Marc-André Bernier comme documentariste visuel et vidéaste. Originellement basé sur l’apport d’une communauté en laboratoires exploratoires, l’artiste a dû revoir les fondements de son projet pour l’adapter à l’actuelle situation pandémique. Afin de repenser les assises de cette recherche, Claudie Gagnon réalise au courant de l’été 2020 une résidence de ressourcement à l’Île-du-Repos (Péribonka) pour réécrire une partie du projet.

Les premiers laboratoires de cette recherche s’échelonnent jusqu’en avril 2021. À travers une sélection de peintures classiques, l’artiste explore différents procédés narratifs visuels et sonores avec des actants, dans le but de développer un vocabulaire, un langage en dehors du texte et de la parole, et ce par une série d’exercices pratiques expérimentant divers scénarios, mises en scène, mises en espace et registres de jeu. Inspirés de récits imaginaires et réels, un corpus de tableaux vivants est réalisé et rassemblé sous forme de scénarios dans un cahier de charge. Ce cahier regroupe une multitude d’hypothèses à explorer dans le cadre de sa résidence de production. Elle appelle ce cahier L’inventaire.

Vidéo réalisée lors de la recherche-création

La résidence de production

Au cours des derniers mois et à travers les laboratoires réalisés, Claudie Gagnon cumule de la matière pour que prenne forme la prochaine étape des Chroniques des ordres imaginaires. Ce projet aborde ainsi la recherche et la création autour du concept des représentations et mythologies collectives mis en parallèle avec l’histoire de l’art. Toujours à travers une sélection de peintures classiques possédant un fort potentiel d’interprétation, différents procédés narratifs visuels et sonores seront explorés afin de mettre en place la création d’un corpus de tableaux vivants élaborés en lien avec le territoire géographique et humain du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Cette résidence de production s’articulera autour d’une équipe formée d’un concepteur sonore, d’un technicien-vidéaste et d’interprètes et prendra forme, lors d’une première phase exploratoire, dans des lieux hors mur, sélectionnés par la possibilité à y développer la création d’œuvres in situ. Il est envisagé qu’une partie de cette production soit réalisée sur les terres du centre Bang, à Saint-Nazaire, dans le cadre majestueux des projets découlant de KM3. L’artiste effectuera plusieurs séjours au centre Bang pour réaliser les hypothèses formulées dans son cahier de charge.

Qu’est-ce qu’une collaboration avec le centre Bang vous permet de faire ?

«  Cette collaboration avec le centre Bang m’offre la possibilité d’élaborer une création en lien avec un nouveau territoire, des interprètes et autres collaborateurs recrutés sur place, conditionnant ainsi la création d’une œuvre inédite inscrite dans le territoire d’ici, tout en étant soutenue par d’une équipe de feu à toutes ses phases de réalisation. » – Claudie Gagnon

ⓒ Courtoisie de l’artiste

Biographie

Originaire de Montréal, Claudie Gagnon, artiste multidisciplinaire autodidacte active depuis plus d’une trentaine d’années, vit et travaille présentement à Québec. Ses activités artistiques débutent au centre d’artistes l’Œil de Poisson où elle est très impliquée pendant près d’une décennie, notamment à l’organisation d’événements artistiques alliant plusieurs disciplines.

Suite à ses nombreuses expositions et manifestations artistiques, le centre d’exposition Expression de Saint-Hyacinthe et Le Musée d’art de Joliette lui consacrent une rétrospective en deux volets, en 2007 et 2009. Elle a conçu des créations multidisciplinaires telles que Dindons et limaces (MNBAQ), Apparitions, parcours urbain Où tu vas quand tu dors en marchant ? du Carrefour international de théâtre de Québec. Ses trois créations multidisciplinaires pour jeune public Amour, délices et ogre, Les Mécaniques célestes et Lhistoire du grillon égaré dans un salon, productions du Théâtre des Confettis, sont en tournée depuis leur création respective.

Elle a occupé les studios de Paris et de Mexico du Conseil des arts et des lettres du Québec pour des résidences de créations de plusieurs mois et, ces dernières années, réalisé les œuvres intégrées à l’architecture, notamment celle du Théâtre le Diamant. Ses œuvres font partie des collections du MNBAQ, du MACM, du MBAM, du Musée d’art de Joliette et de plusieurs collections privées. Elles ont été présentées dans des centres d’artistes, des galeries, des musées et des festivals en Amérique du Nord, en Asie et en Europe.

ⓒ Courtoisie de l’artiste

Démarche artistique

Sa pratique se déploie sous plusieurs formes : installation, tableau vivant, sculpture, vidéo, photo, food art, collage et art intégré à l’architecture. Son travail est présenté autant dans les lieux voués à l’art — centres d’artistes, galeries, musées, théâtres — que dans des endroits choisis pour leur potentiel à stimuler la création d’œuvres in situ — grange, jardin, usine, église désaffectée, forêt, bâtiment voué à la démolition. Claudie Gagnon recycle tant des objets d’usage courant que des concepts, des œuvres plus ou moins notoires de l’histoire de l’art, en plus de s’intéresser aux empreintes visuelles et sonores qui forment notre culture savante et populaire. Ses créations sont empreintes de ludisme et de poésie, à la fois ravissantes et inquiétantes, elles provoquent l’enchantement et le malaise, hésitent entre l’ordinaire et l’extraordinaire. On y retrouve des éléments périssables, comme des aliments ou des végétaux, expression des cycles de la vie et du travail du temps sur toutes choses.

Pour voir certaines de ses oeuvres, consultez sa page sur le site de la Galerie 3.

FRANÇOIS-JOSEPH LAPOINTE
Résidence de production
Monstra te esse

Résidence François-Joseph Lapointe 01 mai au 01 novembre 2022

Depuis plus de deux ans, le centre Bang collabore avec le bioartiste François-Joseph Lapointe et l’accompagne à travers diverses démarches pour réfléchir et mettre en oeuvre le projet Monstra te esse matrem autour de la maternité et la transmission du microbiome de la mère à l’enfant, soit au moment de la naissance, ou encore lors de l’allaitement.

STÉPHANIE MORISSETTE
Résidence de réflexion stratégique

Résidence Stéphanie Morissette 21 mars au 16 avril 2022

Stéphanie Morissette est l’une des quatre artistes sélectionnés au cours de l’année 2021 par l’équipe du centre d’art actuel Bang pour participer à notre nouveau modèle de soutien aux artistes axé sur la collaboration de longue durée. Elle amorce ainsi son premier séjour de résidence au centre Bang.

ANNIE CHARLAND THIBODEAU
Résidence de recherche-création

Résidence Annie Charland Thibodeau 21 février au 30 avril 2022

L'artiste Annie Charland Thibodeau amorce sa collaboration avec le centre Bang dans le cadre d'une première résidence de recherche-création construit de quatre séjours qui s'échelonnent tout au long des mois de février, mars et avril.

Vous pouvez soutenir le centre Bang et sa mission Devenir membre

Coût annuel pour devenir membre : 20 $

Le centre Bang est un organisme à but non lucratif (OBNL). Ses membres supportent la vision et les valeurs de l’organisation et peuvent s’impliquer dans sa vie associative.

Devenir membre