en

ANNIE CHARLAND THIBODEAU
Résidence de recherche-création

II (Ce que nous édifions) / What we bring into becoming (2021) ⓒMargrét Seema Takyar
Quand? 21 février au 30 avril
Artiste(s) Annie Charland Thibodeau

Mise en contexte

Annie Charland Thibodeau amorce avec le centre Bang une collaboration basée sur la durée dans le cadre de la nouvelle direction artistique de l’organisme. L’équipe de Bang est heureuse d’accompagner l’artiste pour les explorations qu’elles souhaitent mener en lui offrant un soutien personnalisé.

Cette complicité avec l’artiste prend notamment ses assises à l’hiver 2017 pour l’exposition Les étendues et le vaste où on peut habiter, présentée à l’Espace Virtuel. Cette installation fait référence au processus de création d’Annie Charland Thibodeau, alors marqué par la collecte et la transformation d’éléments naturels.

L’Étendue I & II (2015) ⓒAndréanne Gagnon

Démarche artistique

La pratique en sculpture d’Annie Charland Thibodeau se développe autour d’une exploration du potentiel performatif de la monumentalité et de la matérialité des objets : ses installations invitent au déplacement en leur sein, font écho à leur environnement d’accueil (lumière, architecture, paysage) et se dévoilent au rythme de ceux qui les habitent.

Sa méthodologie de recherche prend ancrage dans des expéditions de repérage de carrières de pierre abandonnées et actives, le collectionnement et la re-présentation de matériaux à la forte charge monumentale (calcaire, granit, marbre). Ainsi se matérialisent des propositions qui, malgré leur stature imposante, sont surtout douées du pouvoir d’activer notre rapport à l’espace, de nous ouvrir comme de nous révéler à notre environnement ; des propositions monumentales momentanées qui prennent la forme d’intervalles contemplatifs.

La recherche-création en cours

« Au cours de la dernière année, j’ai ouvert ma pratique à de nouveaux axes : le potentiel performatif des objets et la notion de monumentalité. Souvent définie comme une qualité dans les domaines de l’architecture et de l’histoire de l’art, la monumentalité reste une notion abstraite. Elle peut être considérée comme la matrice des relations entre un objet, son environnement et ceux qui en font l’expérience. » – Annie Charland Thibodeau

II (Ce que nous édifions) / What we bring into becoming (2021) ⓒMargrét Seema Takyar

Ces pistes de recherches sont nées d’un partenariat avec un géologue du Musée de l’histoire naturelle de Reykjavík et avec le directeur général du Département de la science des matériaux de la University of Iceland. Elles ont pris forme autour d’un périple à la carrière de calcite Helgustaðir dans l’est de l’Islande, désormais épuisée. Cette randonnée à Helgustaðir est devenue un prétexte pour l’artiste d’aborder le potentiel relationnel du site et a généré plusieurs pistes de travail à explorer.

Dans le cadre de son projet, Annie Charland Thibodeau désire approfondir ces nouveaux axes de recherches dans sa pratique artistique avec l’équipe du centre Bang ainsi que plusieurs autres partenaires et collaborateurs (géologues, pétrologues, artistes, technicien.ne.s). L’artiste favorise une approche d’ouverture aux découvertes hasardeuses qui émergeront de la multiplicité des champs et des regards croisés. Elle vise à adopter une approche constellaire qui privilégie, au terme de ce cycle de recherche, l’émergence de nouvelles pistes plutôt qu’une résolution claire.

 » La formule ouverte en quatre semaines éparses, réparties sur trois mois plutôt que comprises en un seul mois, me permet plus de flexibilité et m’offre l’occasion de réévaluer mes besoins après chaque étape du cycle de recherche. Bien qu’un plan de travail soit déjà établi, la formule laisse davantage d’espace pour l’exploration et je suis enthousiaste à l’idée de voir le projet me surprendre. »

– Annie Charland Thibodeau

II (Le vaste où on peut habiter) (2018) ⓒJustin Wonnacott

Dans le cadre de ce projet, Annie Charland Thibodeau a pour objectif principal d’approfondir sa méthodologie de recherche qui prend ancrage dans des expéditions de repérage de carrières de pierre abandonnées et actives, comme le collectionnement et la re-présentation de matériaux à la forte charge monumentale (calcaire, granit, marbre). Il s’agit d’un arc de recherche qui s’intéresse au processus entier d’édification du monument : de la trace pérenne de l’extraction rocheuse jusqu’à réfléchir l’édification qui en résulte. Il s’agit d’un processus qui vise à réorienter notre attention de l’objet à sa présence et son effet.

Pour son premier séjour de recherche, Annie Charland Thibodeau aura recours à l’expertise d’une géologue et pétrographe avec qui elle conduira des entrevues. L’artiste procédera également à l’évaluation d’échantillons collectionnés au cours des années afin de connaître leur minéralogie détaillée.

Biographie

Annie vit et travaille à Québec où elle a suivi une formation en sculpture de la Maison des métiers d’art de Québec. Elle détient également une maîtrise en arts performatifs de la Iceland University of the Arts / Listaháskóli Íslands. Son travail a été présenté au sein de divers événements et expositions individuelles au Québec, notamment au centre Bang, au centre Regart, chez Axenéo7, chez Circa art actuel et au Musée des beaux-arts de Sherbrooke. En outre, elle a pris part à des résidences d’artistes et présenté son travail à l’étranger : en Irlande, en Italie, en Islande et en Slovénie.

Pour en savoir plus sur le travail de l’artiste, consultez son site web.

Vous pouvez aussi visionnez la capsule de La Fabrique culturelle sur l’artiste.

FRANÇOIS-JOSEPH LAPOINTE
Résidence de production
Monstra te esse

Résidence François-Joseph Lapointe 01 mai au 01 novembre 2022

Depuis plus de deux ans, le centre Bang collabore avec le bioartiste François-Joseph Lapointe et l’accompagne à travers diverses démarches pour réfléchir et mettre en oeuvre le projet Monstra te esse matrem autour de la maternité et la transmission du microbiome de la mère à l’enfant, soit au moment de la naissance, ou encore lors de l’allaitement.

STÉPHANIE MORISSETTE
Résidence de réflexion stratégique

Résidence Stéphanie Morissette 21 mars au 16 avril 2022

Stéphanie Morissette est l’une des quatre artistes sélectionnés au cours de l’année 2021 par l’équipe du centre d’art actuel Bang pour participer à notre nouveau modèle de soutien aux artistes axé sur la collaboration de longue durée. Elle amorce ainsi son premier séjour de résidence au centre Bang.

CLAUDIE GAGNON
Résidence de production
Chroniques des ordres imaginaires

Résidence Claudie Gagnon 14 février au 14 septembre 2022

Collaborant avec le centre d'art actuel Bang depuis 2018, l'artiste Claudie Gagnon a effectué différentes résidences de production pour développer le projet Chroniques des ordres imaginaires.

Vous pouvez soutenir le centre Bang et sa mission Devenir membre

Coût annuel pour devenir membre : 20 $

Le centre Bang est un organisme à but non lucratif (OBNL). Ses membres supportent la vision et les valeurs de l’organisation et peuvent s’impliquer dans sa vie associative.

Devenir membre